wrapper

Contribuer à l’émergence d’une Afrique indépendante, politiquement forte, d’une société civile socialement engagée avec une citoyenneté effective et responsable pour un développement durable de nos communautés.
French English German Portuguese Spanish Swedish
Administrateur

Administrateur

Rencontre avec la Délégation de l’Union européenne chargée du développement

Ce mardi 14 février, l’Institut Gorée a accueilli dans ses locaux les représentants de l’Union européenne, en mission d’observation au Sénégal. Une présentation exhaustive des projets et des activités de l’Institut leur a été délivrée par M. Mamadou Seck, Directeur des Programmes, en prémisse à des échanges constructifs entre les participants.

Le vif intérêt de cette rencontre réside dans le partage de valeurs phares des deux institutions, dont le travail vise à assurer un développement dans la paix et à la sécurité. Ainsi, la délégation de l’Union européenne a remercié l’Institut Gorée pour ses accomplissements en matière de prévention des conflits et de consolidation de la paix, et lui a fait part de sa reconnaissance sur les actions menées pour défendre ses valeurs partagées.

La délégation s’est notamment montrée sensible aux questions relatives à l’implication des femmes dans la stabilisation de la société et aux problématiques relatives à la jeunesse, à la question très actuelle des phénomènes liés à la radicalisation et au terrorisme, aux difficultés de transmission d’une information neutre par les médias ainsi qu’aux liens entre la bonne gouvernance et l’exploitation des ressources naturelles. Elle s’est appesantie sur la médiation menée par les femmes ainsi que sur la stratégie de l’Institut pour la mise en œuvre de la Résolution 2242 du Conseil de Sécurité des Nations Unies. La question des partenariats et du financement de l’Institut a également été soulevée.

UE 14.02.17 Meeting Room 2Les résultats positifs du travail mené avec les femmes depuis les années 2000 ont été soulignés. Si, en temps de paix, les organisations de femmes peuvent manquer de cohésion et de cohérence dans leurs entreprises, une réelle synergie a été notée en temps de conflits, favorisant l’apaisement des tensions. Ainsi, en 2013, les Guinéennes mobilisées pour la prévention des violences électorales ont largement contribué au retour au calme dans leur pays. Plus de cinquante femmes leaders ont été formées en Prévention des conflits, Leadership organisationnel et Médiation. La mise en place de comités Paix et Médiation dans huit pays d’Afrique de l’Ouest, unissant différentes organisations pour un projet commun, atteste l’impact du renforcement des capacités grâce au travail mené toutes ces années.

Un atelier sous-régional de réflexion sur le radicalisme et l’extrémisme violent organisé par l’Institut Gorée en février 2016 a permis de cibler la jeunesse comme première victime d’embrigadement. Un parallèle est établi avec la tentation de la migration clandestine : les jeunes peuvent se retrouver dans les discours radicaux, qu’ils soient surdiplômés mais sans emploi ou sans éducation. Afin de réduire ce risque, des actions préventives de formation et de sensibilisation seront initiées prioritairement dans les établissements scolaires et universitaires.

L’Institut Gorée a également mené un travail sur la transmission d’une information juste et qui n’attise pas les conflits. Des recherches préalables ont mis en lumière le manque de formation des journalistes, dont certains ont été ciblés et retenus pour recevoir les enseignements d’un module mis en place par l’Institut. Les participants ont appris au niveau méthodologique puis ont été sensibilisés et alertés, prenant conscience des responsabilités liées à la transmission de l’information. À moyen terme, l’Institut Gorée a pour objectif d’ouvrir un Centre de Formation d’Excellence, encadrant notamment des travaux de recherches.

UE 14.02.17 Meeting Room 3 CopyLa mauvaise exploitation des ressources naturelles, entrainant une récurrence des conflits, est également une préoccupation pour l’Institut Gorée, qui a mené une étude sur les pays suivants : la Guinée, la Sierra Léone, le Libéria et la Côte d’ivoire. L’exploitation de ces ressources, qu’elle soit artisanale ou industrielle, engendre des déplacements de population, mobilisée mais dépourvue de moyens de défense. L’Institut a procédé au renforcement des capacités de ces citoyens, permettant à leurs actions d’avoir un impact conséquent pour la défense de leurs droits. Il a également facilité l’ouverture de dialogues multi-acteurs : État, entreprises et société civile sont encouragés à communiquer dans un climat de confiance, à échanger de façon constructive et à se considérer « partenaires » pour la mise en œuvre d’initiatives pérennes.

L’Institut Gorée, qui a déjà reçu des fonds de l’Union européenne dans le cadre de son monitoring de processus électoraux, a exprimé son souhait de renouveler cette collaboration. Il a démontré son efficacité et sa capacité à gérer indépendamment des fonds pour mettre en œuvre ses programmes : l’appel est lancé à l’Union européenne de faire confiance aux organisations du Sud qui répondent aux normes de gouvernance organisationnelle, comme l’Institut Gorée. 

Read more...

GOREE INSTITUTE rencontre les parties prenantes au processus de consolidation de la Paix en Guinée

En prélude à l’atelier sous-régional multi-acteurs sur la prévention des conflits liés à la gouvernance des Ressources naturelles prévu en janvier 2017, une mission exploratoire de Goree Institute composée de Mme Woré NDiaye Kandji, Coordinatrice de Programme Genre, Paix et Sécurité et M. Frédéric NDecky,  Coordinateur de Programme Consolidation de la Paix et Prévention de Conflits, est en Guinée depuis le 11 décembre 2016.

L’objectif de la mission est de concevoir une feuille de route sur les besoins en formation et les thématiques pertinentes de plaidoyer en Guinée sur la gouvernance des ressources naturelles à travers la restitution des résultats des recherches menées sur le terrain. Dans ce cadre, elle a rencontré plusieurs personnalités du pays, oeuvrant dans ce sens, pour recueillir leur avis sur les thématiques sus-mentionnées. Entre autres M. Albert Damantang Camara, Ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle et de l’Emploi Jeunes, Porte Parole du Gouvernement, M. Moustapha Naïté, Ministre de la Jeunesse, M. Saadou Nimaga, Secrétaire Général du Ministère des Mines et de la Géologie ainsi que M. Ibrahima Niang, Représentant d’OSIWA en Guinée.

Ils ont tous salué l’initiative et apprécié les différentes thématiques avant de promettre d’apporter leur soutien indéfectible à tout le processus. La mission a également pu consolider ses relations avec ses partenaires de la société civile guinéenne tels que le Centre Femmes, Citoyenneté et Paix (FECPA), le Réseau des Femmes de la Rivière Mano (REFMAP) et le consortium des Femmes et des  Filles de la Guinée (COFIG).

Des liens ont pu être tissés avec de nouveaux partenaires clés comme le Balai Citoyen de Guinée qui a, à travers son président M. Sékou Koundouno, lancé les bases solides d’une collaboration durable avec le Goree Institute. Le Goree Institute a formé plusieurs acteurs de la société civile guinéenne au cours des 25 dernières années y compris la presse sur des mécanismes de prévention des conflits et de consolidation de la paix. Il  est aussi à la base de la création d’organisations prometteuses. Leadership Jeunes Pour la Paix et le Développement (LEJEPAD) en est un exemple. Il est le maitre d’œuvre en Guinée de l’initiative « La Voix des Jeunes » en partenariat avec le Social Change Factory et COFINA.

La mission sera clôturée par un atelier de Restitution des résultats des recherches sur la gouvernance des ressources naturelles et le Monitoring de la Stabilité institutionnelle et de la sécurité humaine sur la base du Cadre de Prévention des Conflits de la CEDEAO qui se tiendra à l’hôtel Mariador Palace le 19 décembre 2016.

Read more...

Atelier multidisciplinaire de transfert de compétences à l’intention de la Plateforme de veille des femmes et des jeunes pour des élections apaisées et crédibles en Côté d’Ivoire

Ecouter Doudou Dia, directeur exécutif de l'Institut Gorée sur les ondes de l'ONUCI FM

L’élection présidentielle du 25 octobre 2015 en Côte d’Ivoire a marqué une étape importante dans le processus de consolidation de la paix et de réconciliation nationale. En effet, à la suite de la crise post électorale connue en 2010, cette élection fut un « test » quant à la capacité du peuple ivoirien à dépasser le cap des tensions électorales et à s’inscrire dans une dynamique d’approfondissement de la démocratie. De ce point de vue, il convient de dire que le défi de l’organisation fut relevé et ceci grâce à une synergie positive de tous les acteurs. Les parties prenantes au processus électoral, ont su, en parfaite intelligence, insuffler une dynamique constructive et « consolidante » de ce processus.

D’un point de vue plus spécifique, grâce à l’accompagnement financier et technique du Programme des Nations Unies pour le Développement en Côte d’Ivoire, la Structure de veille électorale fut mise en œuvre à travers la « Plateforme de veille des femmes et des jeunes pour des élections apaisées et crédibles en Côte d’Ivoire ». Mais en amont de sa mise en œuvre, une série d’activités sera menée, permettant d’atteindre l’objectif de la mise en place de cette Structure de veille, avec l’appui technique de l’Institut Gorée.

Le processus politique en Côte d’Ivoire suit son cours et sera indiscutablement ponctué de processus électoraux. Dans une perspective d’institutionnalisation de la Plateforme, des préalables s’imposent. L’appréciation d’une initiative telle que celle portée par elle ne sera possible que si une dynamique de pérennisation des acquis et de viabilisation de la structure est perçue, dynamique qui ne peut être impulsée que par une capacitation des ressources humaines susceptibles d’animer la Plateforme. C’est le dessein de l’activité de transfert de compétence qui est mise en œuvre par l’Institut Gorée avec l’appui financier du Programme des Nations Unies pour le Développement/Côte d’Ivoire. Il se déroulera à Abidjan du 12 au 16 décembre 2016 avec l’objectif de constituer un pool d’experts électoraux et de monitoring au sein de la société civile ivoirienne.

Objectifs spécifiques

  • Former les participants aux techniques statistiques à mobiliser pour un monitoring électoral scientifique et documenté
  • Former les participants sur les techniques liées à la géolocalisation, à la mise en place d’une plateforme technologique et au webmastering pour un processus électoral transparent et une remontée d’informations électorales en temps réel
  • Renforcer les capacités des participants pour une bonne maitrise de l’administration électorale à travers le module de formation Hy - BRIDGE
  • Transférer les compétences liées à une analyse, une maitrise et une planification de programmes de monitoring et d’observation électorale
  • Mettre à la disposition des participants toutes les techniques et concepts nécessaires à l’animation optimale d’une Structure de veille électorale.

La méthodologie qui sera utilisée pendant la formation est basée sur la méthodologie BRIDGE associée aux techniques de formation caractéristiques des modules propres au modèle d’accompagnement électoral de l’Institut Gorée. Ce type de formation est mieux connu sous le nom de Hy-BRIDGE qui est une formation opérationnelle utilisant la méthodologie BRIDGE.

Read more...