wrapper

Contribuer à l’émergence d’une Afrique indépendante, politiquement forte, d’une société civile socialement engagée avec une citoyenneté effective et responsable pour un développement durable de nos communautés.
French English German Portuguese Spanish Swedish
Administrateur

Administrateur

Symposium annuel sur la Gouvernance, la Paix et la Sécurité en Afrique

Le 5ème Symposium annuel sur la Gouvernance, la Paix et la Sécurité en Afrique a démarré aujourd’hui jeudi 24 novembre 2016 à Gorée. Le Ministre Envoyée Spéciale du Président de la République, Aminata Touré, a présidé la cérémonie d’ouverture marquant le démarrage des diverses réflexions sous le signe : «Systèmes de conflits et enjeux sécuritaires en Afrique».

Read more...

Gouvernance, Paix et Sécurité en Afrique : 5ème Symposium annuel sur le thème "Systèmes de conflits et enjeux sécuritaires en Afrique"

L’Institut Gorée : Centre pour la Démocratie, le Développement et la Culture en Afrique a joué, depuis sa création, un rôle de facilitateur et servi de cadre d’expression des idées. C'est dans cette dynamique que plus de 40 participants (Sénégal, Mali, Côte d’Ivoire, Guinée Bissau, Guinée, Libéria, Sierra Léone, Nigéria, Ghana, Togo, Bénin, Burkina Faso, Gambie, Union des Comores, Niger, Cap vert) vont se retrouver les 24 et 25 novembre prochain à Gorée autour de la thématique des "Systèmes de conflits et enjeux sécuritaires en Afrique".

Le symposium de Gorée Institute est un forum d’échange annuel qui rassemble des chercheurs et des praticiens de la société civile, des organisations internationales et des média travaillant sur des questions de Gouvernance, de Paix et de Sécurité, dans un but de servir de cadre de référence aux  États, aux Organisations de la Société Civile (OSC) et aux organisations internationales.

C'est une continuation de toutes les initiatives prises dans la médiation et la facilitation dans plusieurs conflits en Afrique. Il s’agit, dans un cadre plus ouvert et plus bigarré, d’initier dans une certaine mesure un dialogue politique, un lieu d’anticipation des concepts et paradigmes, des conflits éventuels afin d’entrevoir des solutions. Les objectifs poursuivis sont de :

  • Mettre en place un cadre d’échange réunissant des chercheurs et praticiens de la société civile, des organisations internationales et des média  travaillant sur des questions de gouvernance, de paix et de sécurité ;
  • Instaurer annuellement une rencontre régionale (ou sous-régionale) rassemblant des chercheurs et des praticiens de la société civile, des organisations internationales et des média travaillant sur des questions de gouvernance, de paix et de sécurité, pour faire le point sur l’état d’avancement de leurs travaux de recherches, des programmes initiés,  des actions entreprises ou en cours de réalisation;
  • Produire à l’issue du Symposium une publication axée sur les travaux de recherches qui ont fait l’objet de communication et de débat, en vue de faciliter la prise de décision aux différents acteurs concernés : États, société civile, organisations internationales.

Le 5ème symposium annuel vient boucler une approche quinquennale d’échange, de partage d’expérience, d’étude et de prospective relativement à beaucoup de concepts intéressant les décideurs, le milieu académique, les chercheurs, les acteurs de la société civile en Afrique et dans le monde. Il s'agit des problématiques suivantes :

  1. Quelles sont les tendances actuelles de la démocratie et des droits humains en Afrique ?
  2. Défis sécuritaires Vs Défis de démocratisation en Afrique ?
  3. Menaces sécuritaires en Afrique : état des lieux, manifestations, parties prenantes et perspectives
  4. Les femmes et les jeunes face aux nouveaux défis sécuritaires en Afrique
  5. Radicalisme religieux et défis sécuritaires : vers une forme de globalisation ?
  6. La gestion des ressources naturelles et environnementales : facteur d’instabilité en Afrique ? Défis, enjeux et perspectives.
  7. Paix, Culture et Démocratie en Afrique : Quels liens ?    

Par ailleurs, dans un souci de documentation de ces rencontres, des publications ont toujours accompagné ces grands rendez-vous annuels.

Read more...

Atelier de formation sur le thème « Liberté de la presse et responsabilité des médias dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix en Afrique »

Depuis ces trois dernières années, le Gorée Institute s’est activement investi pour contribuer à renforcer le rôle des médias dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix en Afrique de l’Ouest. Dans le cadre du projet « Médias et conflits en Afrique », l’Institut organise chaque année à l’intention des experts et des praticiens du secteur une session de renforcement des capacités et d’échange d’expériences en vue de l’amélioration de la couverture médiatique des conflits en Afrique de l’ouest. La quatrième édition s’est tenue cette année, du 2 au 4 novembre 2016, sous le thème : « La liberté de la presse et la responsabilité des médias dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix en Afrique de l’Ouest ». A cette occasion, une vingtaine de journalistes ouest-africains se sont réunis sur l’île de Gorée, représentant les organisations, organes de régulation et corporations syndicales de médias des 09 pays suivants : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo.

Après un aperçu synoptique des conflits en cours dans la sous-région ouest-africaine, permettant de poser la problématique générale des conflits et leur impact aux plans sociopolitique et économique,  les travaux ont été axés sur les insuffisances inhérentes au fonctionnement des médias, mais aussi les contraintes pesant sur la liberté de la presse en temps de conflit.

Parce qu’elle relève d’enjeux considérables, d’ordre sécuritaire, éthique, économique ou stratégique, le lien entre la liberté de la presse et la prévention des conflits soulève des questions  et des préoccupations dont certaines ont fait l’objet d’une attention particulière lors des échanges. Quel rôle les médias libres et autonomes doivent-ils jouer quand il s’agit d’informer sur un conflit ou de médiatiser une guerre ? Quelle posture doivent-ils adopter pour mieux s’assurer de la qualité de l’information ? Comment préserver cette liberté d’informer les citoyens dans un contexte ouest-africain marqué par des menaces sécuritaires de tous genres, tout en  continuant d’assurer la responsabilité des médias dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix ? Les journalistes et professionnels de médias sont-ils suffisamment outillés en matière d’analyse des situations de conflits pour différencier la propagande de l’information ?

Les bénéficiaires de cet atelier savaient certainement qu’à l’instar de toute autre forme de liberté, celle de la presse a des limites objectives.  Il va sans dire que « la liberté est toujours soumise à une certaine conditionnalité », et le secteur des médias ne peut être une exception à cette norme sociale. Les modules administrés, les exercices pratiques et les expériences partagées durant ces trois  jours ont pour valeur ajoutée de préciser les contours et les pré-requis pour assurer la liberté de la presse à la fois en période de stabilité ou d’instabilité, de fournir aux participants les outils dont ils ont besoin pour mieux analyser les conflits, en décrypter les causes, identifier les acteurs et leurs intérêts. Ils ont également permis aux participants de s'interroger sur les comportements professionnels antinomiques aux principes de la liberté et de la responsabilité sociale des médias.

Au terme des travaux, des  recommandations et engagements ont été retenus, notamment la volonté de pérenniser et de décentraliser ce genre de formation pour une meilleure pratique journalistique en Afrique de l’ouest. On peut également citer la nécessité de poursuivre le plaidoyer pour la participation des médias à la prévention des conflits et la consolidation de la paix en Afrique.

Read more...