wrapper

Contribuer à l’émergence d’une Afrique indépendante, politiquement forte, d’une société civile socialement engagée avec une citoyenneté effective et responsable pour un développement durable de nos communautés.
French English German Portuguese Spanish Swedish

La Plateforme des Femmes pour la Paix en Casamance (PFPC), à l’instar de la communauté internationale, a célébré du 20 au 21 septembre la Journée Internationale de la Paix.

Près de 200 personnes se sont retrouvées au complexe Aubert de Ziguinchor pour commémorer cette importante journée, une occasion de plus pour les femmes de la Plateforme de renouveler leur engagement pour le retour de la paix en Casamance. C’était l’occasion pour elles de consolider les acquis de leur plan d’action tripartite avec la Guinée Bissau et la Gambie et de renforcer leurs liens entre les différents acteurs. Il s’agissait également de soutenir la prise de conscience, l’anticipation et le processus de gestion des menaces qui pèsent sur l’espace sous régional et sur la Casamance en particulier, puis amplifier la sensibilisation auprès des populations sur les questions relatives à la paix.

L’ouverture officielle de cette journée s’est tenue le mercredi 21 septembre et a été présidée par le gouverneur de la ville de Ziguinchor en la présence d’un nombre de personnalités dont le Ministre Conseiller auprès du Président de la République, Mr Benoît Sambou, La Présidente du Haut Conseil au Dialogue social, Mme Innocence Ntap Ndiaye, des autorités religieuses et coutumières, ainsi que divers représentants de partenaires techniques et Financiers.

pfpc casamanceCe fut l’occasion pour le Goree Institute de renouveler son partenariat avec les femmes de la Plateforme à travers la présentation d’un panel sur « les défis sécuritaires en Afrique de l’Ouest et en Casamance : quels rôles pour les organisations de femmes et de jeunes » par la Coordonnatrice Genre, Paix et Sécurité de l’Institut. La plateforme a ainsi renouvelé son engagement pour contribuer à la paix dans la sous-région. De plus, elle s’est enrichie des expériences des femmes de la Rivière Mano dont les leçons apprises ont été partagées par leur représentante de la Sierra Léone, Mme Yasmine Jusu-Shérif du Mano River Peace Network (MARWOPNET).

Si les questions portant sur le terrorisme ont soulevé les débats, les femmes ont compris l’imminence pour elles de consolider leurs efforts sur le plan sous régional afin de contribuer aux solutions pouvant protéger la zone du radicalisme religieux et de l’extrémisme violent.

Plusieurs activités ont marqué la célébration de cette journée soutenue par une série de prières dans divers lieux de culte de la ville clôturées par une veillée de prière des femmes du bois sacré.

La Plateforme a également rendu hommage à 4 femmes de la Sénégambie qui ont marqué de façon indélébile les activités pour la paix et le développement à travers une exposition. Il s’agissait de Mme Francesca Pereira de la Guinée Bissau ; Mme Hannah Forster de la Gambie ; Mme Khadidiatou Dhiedhiou Diouf honorée à titre posthume et Mme Halimatou Souaré de la Casamance.

Le PFPC a su une fois de plus démontrer sa capacité de mobilisation pour la paix et la stabilité dans la sous-région.