wrapper

Contribuer à l’émergence d’une Afrique indépendante, politiquement forte, d’une société civile socialement engagée avec une citoyenneté effective et responsable pour un développement durable de nos communautés.
French English German Portuguese Spanish Swedish

« La responsabilité des médias et des professionnels de l’information dans la prévention des conflits en Afrique de l’Ouest », c’est autour de ce thème que s’est réunie, du 23 au 25 novembre 2017 sur l’Ile de Gorée à Dakar au Sénégal, une vingtaine de journalistes et professionnels de médias venus d’Afrique de l’Ouest, notamment du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, de la Guinée Bissau, du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo.

Organisé par le Centre pour la Démocratie, le Développement et la Culture en Afrique Gorée Institute, cet atelier de renforcement des capacités et d’échange d’expériences vise à promouvoir l’observance des règles d’éthique et déontologiques dans l’analyse des données de conflits, encourager les bonnes pratiques professionnelles en faveur de la production d’une information fiable et utile sur la situation de conflits ou de crises violentes et contribuer à accroitre la responsabilité des médias dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix.

Le Gorée Institute estime qu’au sein des Etats qui se veulent démocratiques, les médias indépendants et crédibles revêtent une importance capitale, notamment parce qu’ils permettent aux citoyens d’accéder à une information de qualité et de se faire une opinion éclairée sur les questions importantes touchant leur collectivité. Ainsi, les médias ont un rôle essentiel à jouer dans le processus démocratique, dans la consolidation de la paix et la cohésion sociale. Cependant, dans un contexte ouest-africain marqué par des conflits récurrents, la réalisation de cette importante mission sociale des médias est souvent compromise par des entraves à la liberté de la presse et des violations des droits fondamentaux des professionnels de médias. De même, ce rôle capital des médias est régulièrement sapé par des mauvaises pratiques telles que la non observance des règles déontologiques de base, la tendance à verser dans le sensationnel, la dramatisation ou l’effet d’annonce. L’information ayant une influence considérable sur le cours des évènements sociopolitiques, sa mauvaise gestion entraine des conséquences graves pour la paix et la stabilité des Etats de la sous-région. Le constat est fait que dans la plupart des pays de l’Afrique de l’Ouest où des médias sont davantage des catalyseurs de crise et de violence plutôt que des outils d’information et de sensibilisation. De plus, la majorité des journalistes qui exercent sur le terrain ne sont ni formés ni outillés aux techniques de reportage sensible aux conflits pouvant leur permettre d’informer librement et objectivement, sans attiser les tensions, ni inciter à la haine et à la violence. C’est fort de constat qu’est intervenue cette session de formation.

photo de famille atelier de formation media

Pendant trois jours, plusieurs modules ont meublé les travaux dont «
Attitudes des médias face aux conflits », « Les contraintes liées à la liberté d’expression en situation de conflits », « Les nouveaux enjeux sécuritaires en Afrique de l’Ouest », « La couverture médiatique en Afrique de l’Ouest », « Analyses critiques médiatiques sur les conflits ». Des communications présentées par le Professeur Moustapha Gueye, MM. Mouminy Camara, Frederick N’Decky et Doudou Dia et ponctuées de débats et de travaux de groupe qui ont permis aux participants d’identifier les bonnes et mauvaises pratiques professionnelles, mais aussi d’acquérir les connaissances pratiques et les outils techniques nécessaires en matière d’analyse et de compréhension de conflits. Les conflits au Niger, au Mali et la crise politique au Togo ont fait l’objet de débats et d’exercices d’analyse critique de productions médiatiques et certains journalistes ont partagé leurs expériences de terrain et des exemples de bonnes pratiques dans la production et la diffusion d’information en temps de conflits. Le Directeur Exécutif du Gorée Institute, Doudou Dia a exhorté les participants à mettre en application au quotidien les connaissances acquises afin de continuer à produire une information de qualité sans inciter à la haine ou à la violence. Gorée Institute est une organisation panafricaine de la société civile, qui a pour mission de contribuer à la mise en place de sociétés paisibles, justes et autosuffisantes en Afrique, de renforcer le dialogue politique pour la résolution pacifique des conflits, de contribuer à la consolidation des processus démocratiques et des institutions et d’encourager la créativité artistique, sociale et économique. Le centre a été fondé en juin 1992 par un certain nombre d’Africains concernés et engagés à promouvoir la paix et le développement sur le continent. Depuis sa création, le Goree Institute a poursuivi sa vision en contribuant à l’émergence d’une Afrique indépendante, politiquement forte, d’une société civile socialement engagée avec une citoyenneté effective et responsable pour un développement durable des communautés.  « Responsabilité, efficacité et professionnalisme », « Respect de la diversité », « Collaboration » « Transparence et obligation de rendre compte », « Créativité, excellence et indépendance » sont les valeurs qui guident le fonctionnement et les activités de l’Institut.

Médard AMETEPE, Directeur de Publication - LIBERTE