wrapper

Contribuer à l’émergence d’une Afrique indépendante, politiquement forte, d’une société civile socialement engagée avec une citoyenneté effective et responsable pour un développement durable de nos communautés.
French English German Portuguese Spanish Swedish

Le monitoring de la stabilité institutionnelle et de la sécurité humaine

L’environnement sécuritaire des Etats en Afrique de l’ouest est marqué par un héritage colonial qui, en morcelant l’Afrique en ses différentes entités que nous connaissons aujourd’hui, en a fait un continent vulnérable à bien des égards. L’Etat post colonial n’a pas pu ou n’a pas su relever le défi de la construction d’une Nation. Il est constaté aujourd’hui : Une pauvreté endémique (11 des 15 Etats de la CEDEAO sont parmi les Etats les plus pauvres au monde) ; des inégalités sociales frappantes liées à l’accaparement des richesses par une élite peu soucieuse de la survie des couches démunies ; des savanes et zones désertiques qui constituent de sérieux défis à la vie dans certains Etats.

Les Etats considérés dans le cadre de ce projet sont au centre de la géopolitique mondiale avec la richesse de leur sous-sol ainsi que leur proximité avec les grandes puissances. Certains d’entre eux constituent le point de passage d’importants circuits de trafics de toute sorte, tel celui de drogue qui a fini de créer des communautés de consommateurs dans la région. A ce fléau, s’ajoute la corruption, une pratique qui concerne  tout l’espace ouest africain et justifie le fossé énorme qui existe entre les groupes sociaux.

Les causes écologiques dont la baisse de la pluviométrie qui précarise de plus en plus les Etats, sont aussi d’importants facteurs de crise. 

Des fractures internes sont aussi sources de conflits dans la sous-région. Il s’agit notamment des frontières qui créent des discontinuités territoriales dans des espaces de continuité culturelle comme c’est le cas de la Gambie et du Sénégal ; des liens historiques et culturels entre les  pays comme  le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire ; ce qui explique la profondeur de la déchirure entre les Etats. La mauvaise gestion des points d’eau ; la recrudescence des déperditions scolaires et des rejetés du service militaire après la durée légale sous les drapeaux qui alimentent les rébellions ;  l’explosion démographique avec une population de près de 65% de moins de 25 ans ; la forte urbanisation des Etats entraînant une pression sur des espaces et des ressources souvent limités ; le regroupement dans les mêmes Etats de populations aux traditions et modes de vie pouvant difficilement cohabiter comme les nomades et les sédentaires, sont là diverses sources d’instabilités institutionnelles qui peuvent facilement mener la sous-région dans la dérive si elles sont mal gérées.

C’est fort de ce contexte que le projet de Monitoring de la stabilité Institutionnelle et de la Sécurité humaine s’est inspiré des 14 composantes du Cadre de Prévention des Conflits de la CEDEAO (CPCC) pour développer un  mécanisme de monitoring de la stabilité institutionnelle avec pour objectif essentiel de permettre son  appropriation par les acteurs de la société civile conformément au mandat qui leur est assigné.

Objectif général :

Développer un  mécanisme de monitoring de la stabilité institutionnelle afin de permettre son  appropriation par les acteurs de la société civile conformément au mandat qui leur est assigné.