wrapper

Contribuer à l’émergence d’une Afrique indépendante, politiquement forte, d’une société civile socialement engagée avec une citoyenneté effective et responsable pour un développement durable de nos communautés.
French English German Portuguese Spanish Swedish
Administrateur

Administrateur

Atelier de formation sur le thème « Liberté de la presse et responsabilité des médias dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix en Afrique »

Depuis ces trois dernières années, le Gorée Institute s’est activement investi pour contribuer à renforcer le rôle des médias dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix en Afrique de l’Ouest. Dans le cadre du projet « Médias et conflits en Afrique », l’Institut organise chaque année à l’intention des experts et des praticiens du secteur une session de renforcement des capacités et d’échange d’expériences en vue de l’amélioration de la couverture médiatique des conflits en Afrique de l’ouest. La quatrième édition s’est tenue cette année, du 2 au 4 novembre 2016, sous le thème : « La liberté de la presse et la responsabilité des médias dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix en Afrique de l’Ouest ». A cette occasion, une vingtaine de journalistes ouest-africains se sont réunis sur l’île de Gorée, représentant les organisations, organes de régulation et corporations syndicales de médias des 09 pays suivants : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo.

Après un aperçu synoptique des conflits en cours dans la sous-région ouest-africaine, permettant de poser la problématique générale des conflits et leur impact aux plans sociopolitique et économique,  les travaux ont été axés sur les insuffisances inhérentes au fonctionnement des médias, mais aussi les contraintes pesant sur la liberté de la presse en temps de conflit.

Parce qu’elle relève d’enjeux considérables, d’ordre sécuritaire, éthique, économique ou stratégique, le lien entre la liberté de la presse et la prévention des conflits soulève des questions  et des préoccupations dont certaines ont fait l’objet d’une attention particulière lors des échanges. Quel rôle les médias libres et autonomes doivent-ils jouer quand il s’agit d’informer sur un conflit ou de médiatiser une guerre ? Quelle posture doivent-ils adopter pour mieux s’assurer de la qualité de l’information ? Comment préserver cette liberté d’informer les citoyens dans un contexte ouest-africain marqué par des menaces sécuritaires de tous genres, tout en  continuant d’assurer la responsabilité des médias dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix ? Les journalistes et professionnels de médias sont-ils suffisamment outillés en matière d’analyse des situations de conflits pour différencier la propagande de l’information ?

Les bénéficiaires de cet atelier savaient certainement qu’à l’instar de toute autre forme de liberté, celle de la presse a des limites objectives.  Il va sans dire que « la liberté est toujours soumise à une certaine conditionnalité », et le secteur des médias ne peut être une exception à cette norme sociale. Les modules administrés, les exercices pratiques et les expériences partagées durant ces trois  jours ont pour valeur ajoutée de préciser les contours et les pré-requis pour assurer la liberté de la presse à la fois en période de stabilité ou d’instabilité, de fournir aux participants les outils dont ils ont besoin pour mieux analyser les conflits, en décrypter les causes, identifier les acteurs et leurs intérêts. Ils ont également permis aux participants de s'interroger sur les comportements professionnels antinomiques aux principes de la liberté et de la responsabilité sociale des médias.

Au terme des travaux, des  recommandations et engagements ont été retenus, notamment la volonté de pérenniser et de décentraliser ce genre de formation pour une meilleure pratique journalistique en Afrique de l’ouest. On peut également citer la nécessité de poursuivre le plaidoyer pour la participation des médias à la prévention des conflits et la consolidation de la paix en Afrique.

Read more...

Prévention des conflits en Afrique de l'Ouest : Une vingtaine de journalistes à l’école de Gorée Institute

L’atelier de trois jours, organisé par Gorée Insitue-Centre pour la démocraie, le Développement et la Culture en Afrique dans ses locaux sur l’île de Gorée, a permis à une vingtaine de journalistes venus de neuf pays de la sous-région de renforcer leurs capacités sur la prévenion des conflits et la consolidaion de la paix en Afrique de l’Ouest

Dans le cadre de l’exécution des activités de son projet « Medias et Prévention des Conflits », Gorée Institute, a organisé un atelier de formation à l’intention d’une vingtaine de journalistes venant de neuf (09) pays d’Afrique de l’Ouest à savoir Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo. C’était du 2 au 4 novembre 2016 dans ses locaux sur l’Île de Gorée au Sénégal sur le thème «Liberté de la presse et responsabilité des medias dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix en Afrique ». L’objectif global de cet atelier qui intervient après deux autres, était de renforcer les capacités des bénéficiaires dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix en Afrique de l’Ouest. Aussi, il s’agissait de promouvoir les principes de la « liberté de la presse » et de la «responsabilité sociale des medias». A Gorée Institute, on est conscient que « des medias libres, indépendants et responsables sont le socle de la démocratie et les garants de la paix sociale ». Dans son mot de bienvenue, Abdoul Salam, Directeur des ressources humaines de Gorée Institute qui assurait l’intérim du Directeur général en déplacement, a souligné toute importante que l’Institut accorde à cet atelier. Durant trois jours, les participants ont eu droit à plusieurs exposés faits par le facilitateur, Moustapha Gueye assisté par Dr Mouminy Camara, tous enseignants au CESTI de Dakar.

Il s’agissait entre autres de l’« Organisation et le fonctionnement des medias en Afrique de l’Ouest : la liberté de la presse et la prévention des conflits » ; « La liberté de la presse en situation de conflit » ; « Identification des causes et des enjeux des conflits en Afrique de l’Ouest » ; « Définition des concepts et typologie des conflits » ; « Identification des causes et des enjeux des conflits en Afrique de l’ouest » ; « Identifications des acteurs et attitudes des journalistes : équidistance, neutralité ou connivence ? », « Identification des étapes de la dynamique de conflit : pour quels comportements professionnels ? » ; « Identification des bonnes et des mauvaises pratiques professionnelles » ; « Présentation des aptitudes pour un journalisme sensible aux conflits ». Précédées de travaux de groupes, ces présentations ont été suivies par des débats intéressants entre participants et facilitateurs.

Des participants très satisfaits Des recommandations ont été formulées par les participants allant dans le sens de la poursuite du plaidoyer pour  la participation des medias à la prévention des conflits et la consolidation de la paix, l’organisation d’ateliers de ce genre dans chaque pays de la sous-région, l’élaboration d’un guide sous forme de lexique, la pérennisation des formations de ce genre, etc. Les participants se sont engagés à faire des productions sur le thème de l’atelier. Le Chargé du Programme Consolidation de la Paix et  Prévention des
Conflits  à Gorée Institute, Frédéric Kwady NDECKY, a remercié les participants pour leur disponibilité. « Vous n’êtes pas des gens qui nous inquiètent. Nous avons offert  la collaboration. Vous nous avez donné de la matière », a-t-il affirmé. Au nom des participants, Sériba Koné de la Côte d’Ivoire a tenu à remercier les responsables de Gorée Institute et leurs partenaires. Il a salué l’engagement des facilitateurs. « Les travaux se sont passés dans une ambiance bon enfant », a-t-il souligné tout en se réjouissant des échanges enrichissants entre les facilitateurs et les participants. Selon lui, les trois jours ont permis aux participants de renforcer leurs capacités afin de jouer leur rôle dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix.  « Nous nous sommes dit beaucoup de choses pendant ces trois jours », a fait savoir Moustapha Gueye, le facilitateur.

Cela, a-t-il dit, consolide et réconforte le choix de l’atelier participatif. Il a insisté sur l’amélioration du module de cette formation. Moustapha Gueye s’est réjoui de la participation active des séminaristes. Il a remercié et encouragé Gorée Institute à appuyer les initiatives issues de cet atelier. En clôturant les travaux, Abdoul Salam a rendu un hommage particulier à Frédéric Kwady NDECKY qui s’implique pour la réussite du projet. Abdoul Salam a appelé à l’émergence d’un environnement de paix afin que l’Afrique puisse prendre son destin en main. Il n’a occulté le rôle que les medias, notamment les journalistes, peuvent jouer en faveur d’une Afrique en paix. L’atelier a pris fin par une remise de certificats aux participants et une visite guidée de l’île de Gorée.

Par Chiaka Doumbia

Read more...

L’Unité d’Assistance Electorale de Gorée Institute en Mission au Ghana dans la perspective de la Présidentielle

Dans la foulée des différentes opérations déja réalisées dans beaucoup de pays d'Afrique pour le renforcement de la démocratie et des processus électoraux, une délégation de Gorée Institute séjourne du 02 au 12 novembre 2016 au Ghana, dans la perspective de la présidentielle qui se déroulera en décembre 2016.

L'objectif principal est d'appréhender et de comprendre le contexte pré-électoral ghanéen pour une consolidation des acquis démocratiques et pour l’expression de la citoyenneté par le monitoring, la mobilisation et l’observation. Il s'agit de :

  • Rencontrer les parties prenantes au processus électoral pour un partage d’informations
  • Présenter les outils d’observation et de monitoring électoral à toutes les parties prenantes dans la perspective du scrutin présidentiel 2016 au Ghana
  • Identifier les acteurs clefs du cadre électoraldu Ghana afin d’explorer les perspectives de collaboration
  • Organiser une rencontre sous régionale de partage d’expériences réunissant les partenaires institutionnels et de mise en œuvre issus de tous les pays ayant eu à abriter un Programme d’accompagnement électoral de l’Institut Gorée
  • Jouer pleinement le rôle d’organisation facilitatrice
  • Contribuer à la consolidation de la démocratie et à l’instauration de la paix et de la stabilité au Ghana et en Afrique de l’Ouest

L'Institut Gorée, à travers l'Unité d'Assistance Electorale, et de par les outils d'observation et de monitoring expérimentés dans plusieurs pays, souhaite contribuer à l'instauration d’une dynamique unitaire de la société civile ghanéenne pour un processus électoral intègre et pacifique. Cette mission est réalisée grace à l'appui financier de la Fondation Ford.

Read more...