wrapper

Contribuer à l’émergence d’une Afrique indépendante, politiquement forte, d’une société civile socialement engagée avec une citoyenneté effective et responsable pour un développement durable de nos communautés.
French English German Portuguese Spanish Swedish
Koassi

Koassi

Discours d'ouverture de SEM Dioncouda TRAORE au forum multi acteurs et inclusif sur la facilitation du dialogue politique en Guinée-Bissau

L’implémentation du projet démocratique avec son corolaire de pluralisme légitime l’intervention de la société civile et son dynamisme pour une contribution à la hauteur des enjeux de démocratisation. Le concept de bonne gouvernance avec sa constellation de principes (participation, inclusion, responsabilité, citoyenneté) n’a de sens que s’il est opérationnel à travers des initiatives portées par les parties prenantes aux processus politiques en cours dans les Etats, parmi lesquelles parties prenantes la société civile. C’est tout le sens de ce Forum qui s’inscrit dans une perspective transcendant le contexte politique actuel car ayant pour objectif d’impulser une dynamique citoyenne dont la finalité est de conforter la société civile comme partie prenante essentielle au processus de développement, aux initiatives de paix et s’insérant dans les dynamiques de co production et de co supervision de politiques publiques. Il convient de préciser que les actions de la société civile africaines ne sont nullement désincarnées, elles s’enchâssent souvent dans des stratégies et instruments globaux et/ou communautaires déjà existantes ayant pour finalité de prévenir et de résoudre les conflits en Afrique, pour une stabilité structurelle et durable :

  • Le Protocole a/sp1/12/01 sur la Démocratie et la Bonne gouvernance additionnel au Protocole relatif au Mécanisme de Prévention, de Gestion, de Règlement des conflits, de Maintien de la Paix et de la Sécurité
  • La Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance (CADEG), adoptée par la Huitième session ordinaire de la Conférence de l’Union africaine tenue le 30 janvier 2007 à Addis-Abeba.
  • L’architecture africaine pour la Paix et la Stabilité
  • Les Objectifs de développement durable

Le Forum qui s’ouvre aujourd’hui vient s’inscrire dans le même sillage. Il interpelle tous les acteurs et principalement les acteurs de la société civile Bissau guinéenne à une prise de conscience de leur rôle et responsabilité dans le processus de paix, de développement et d’édification d’une Nation Bissau guinéenne plus soudée tout en gardant en vue le fait que l’Etat doit être un partenaire essentiel. Le Programme d’accompagnement et de relance du dialogue politique en Guinée Bissau cible ainsi les organisations de la société civile avec une perspective Genre privilégiée, ceci tirant les enseignements du rôle joué par les femmes dans les initiatives porteuses de changement en général en Afrique, du potentiel qu’elles représentent mais surtout du fait d’une volonté de les transformer en capital social à travers des principes essentiels que sont le renforcement de capacités et le transfert de compétences. Convenons que la Guinée Bissau a su s’échapper d’un certain nombre de fléaux actuels, mobilisant la communauté internationale et nos institutions. Ceci constitue un avantage comparatif, les efforts à déployer sont donc essentiellement des efforts endogènes pour à l’instauration d’un contexte favorable au développement économique et social.

Durant deux journées plusieurs thématiques seront discutées, la principale finalité est d’impulser un dialogue entre acteurs et surtout un élargissement des perspectives pour une Guinée Bissau de paix, préalable au développement économique et social.

Je ne peux terminer mon propos dans rappeler la mission du Groupe de contact déployé par l’Institut Gorée qui est celle d’une facilitation pour la relance du dialogue politique. Elle s’inscrit dans le sillage de toutes les nobles et salutaires initiatives portées par toute la communauté internationale ainsi que par notre chère instance régionale d’intégration et de coopération, la CEDEAO, depuis 2015.

Read more...

Discours d'ouverture Forum Multi acteurs et inclusif sur la facilitation du dialogue politique en Guinée Bissau

Bissau, Hôtel Ledger le 08 février 2018

 

Monsieur le Président S.E. Dioncounda Traore

Monsieur

Je voudrais, en liminaire à mon propos, saluer chaleureusement tous ceux qui ont répondu favorablement à l’invitation de l’Institut Goree et du REMPSECAO pour prendre part, ce jour, au Forum multi acteurs et inclusif sur la relance du dialogue politique en Guinée Bissau. Votre présence témoigne de l’intérêt manifeste que vous portez au processus de dialogue qui requiert une intelligence collective pour la paix et la stabilité en Guinée Bissau.

Pour l’Institut Gorée et le REMPSECAO, il s’agit contribuer avec l’ensemble des organisations de la société civile de contribuer positivement à la relance et l’accompagnement du dialogue politique en Guinée Bissau dont l’objectif principal est de travailler à une stabilisation des institutions politiques, à la paix, à la sécurité et à la poursuite des dynamiques de facilitation du dialogue politique à travers une approche multi acteurs et inclusive.

Faut-il le rappeler, ce Forum se tient dans un contexte politique assez complexe qui requiert la participation de tous les citoyens notamment les organisations de la société civile mais aussi de toutes les parties prenantes. Ce Forum est un espace d’intégration structurée des points de vue et des intérêts des différentes parties prenantes de la société Bissau Guinéenne en vue d’un engagement croissant pour la collaboration. Le dénominateur de toute communauté disposant d’Etats démocratiques, d’une société civile indépendante et engagée, de citoyens ouverts et informés, d’un secteur privé prospère et transparent demeure le dialogue pour surmonter les contradictions inhérentes au pluralisme socio-politique.

 

Il s’agit ici d’engager une dynamique citoyenne qui donne l’occasion aux acteurs de la société civile, dans ses diverses composantes, de s’exprimer sur les préoccupations relavant de leur objet social sans influence des passions politiques. Il devient donc clair, comme les autres parties prenantes, que la société civile a une importance non négligeable dans la société. Elle a un rôle de leader d’opinions, qui lui donne une certaine influence sur la population. Son implication dans le dialogue politique favorise donc le processus de la consolidation de la paix. Dans les pays ou la société civile est exclue du dialogue politique, il est fréquent d’observer un climat de tension permanent, qui ne favorise pas la paix. L’Institut Goree croit fortement que la société civile a une importance considérable dans le dialogue politique. Non seulement elle aide à la consolidation de la paix, mais elle permet également à l’ensemble des citoyens, de pouvoir exprimer et défendre leurs droits, indépendamment des acteurs principaux que sont les partis politiques et le pouvoir étatique.

En tant qu’institution panafricaine travaillant à l’avènement de sociétés africaines paisibles et autosuffisantes, notre objectif a travers ce forum est de créer une synergie citoyenne pour la paix et la stabilité en menant avec détermination, sagesse et sans émotion aucune des échanges constructifs, en pensant d’abord à la Guinée Bissau, notre cher pays. Notre travail est d’œuvrer à l’avènement d’une Afrique paisible, juste et prospère. Pour cela, il est important de mettre l’accent sur :

·        Le renforcement du dialogue politique et l’enracinement de la paix ;

·        La prévention des conflits ainsi que le soutien aux personnes et institutions travaillant au niveau national, sous régional et régional pour développer une solution efficace aux problèmes sociaux et politiques liés à la consolidation de la paix ;

·       L’amélioration de la gouvernance politique et des processus électoraux ;

·       La mise en valeur de la créativité humaine, artistique et économique du continent.

Faut-il le rappeler, l’Institut Goree est en terre Bissau Guinéenne pour contribuer à la relance du dialogue politique. C’est dans cette optique en partenariat avec le REMPSECAO, nous avons organiser un atelier de deux jours avec l’ensemble des organisations de la société civile de Guinée Bissau sur le leadership, le plaidoyer et la prévention des conflits, le déploiement d’un Groupe de contact de haut niveau pour la relance du dialogue entre les acteurs politiques et institutionnels. Il est important d’insister avec force à ce niveau que la mission du Groupe de contact déployé par l’Institut de Goree n’est nullement une mission de médiation et ne saurait se substituer aux missions des institutions régionales et internationales en cours que nous soutenons pleinement dans leur mission. Dans la même foulée, nous pensons pas que cet espace de dialogue qu’est le Forum ne puisse être une tribune de lamentations ou de contestations. Notre attente est que cet espace d’interactions soit une tribune de propositions et d’innovation sociale intégrant différentes perspectives mettant l’accent sur la contribution au bien commun.

Enfin, je ne peux terminer mon propos sans louer l’action du Canada en faveur de la diversité, le pluralisme, l’inclusion et le dialogue démocratique dans le monde, en Afrique et en Guinée Bissau en acceptant d’appuyer cette initiative portée par les femmes du REMPSECAO en partenariat l’Institut Goree. La présence de Madame l’Ambassadeur du Canada au Sénégal prouve à suffisance l’attachement à la promotion de valeurs démocratiques, la paix et la stabilité. Recevez Excellence tous nos remerciements. Je tiens aussi a salué la présence de nos chefs religieux qui sont nos régulateurs et notre sève nourricière pour l’établissement d’une société juste et équitable ; mais également saluer l’engagement de S.E. le Pr. Dioncounda Traore a cote du peuple Bissau Guinéen en faveur de la paix et du dialogue.

A tous nos chers invites et participants, au nom de l’Institut Goree et du REMPSECAO, je tiens à vous souhaiter la bienvenue à ce Forum tout en vous disant que nous sommes invités à nous regarder avec respect, à privilégier le dialogue. Il n’y a pas d’autres chemins pour obtenir la paix et bâtir une société plus juste et plus fraternel.

Je vous remercie.

Read more...

Atelier de formation des femmes et des jeunes en Plaidoyer et Prévention de conflits en Guinée-Bissau

Note conceptuelle

Introduction

Depuis son accession à l’indépendance, la Guinée Bissau traverse régulièrement des instabilités politiques. Cette situation est amplifiée par l’option politique prise à partir des années 2000 de s’ouvrir à la démocratie. Dans le cadre du projet démocratique, du fait des collisions existant entre le pouvoir politique et le milieu affairiste bissau-guinéen, le pouvoir est perçu comme un espace d’interaction et d’interrelation entre acteurs politiques et d’autres milieux affairistes. Il est paradoxal de voir qu’aucun des Présidents démocratiquement élus n’a pu exercer son mandat constitutionnel jusqu’à son terme du fait de coups d’Etats successifs et récurrents. De même, le pays vit depuis son indépendance sous le joug d’une histoire politique mouvementée causée par un processus d’accession à l’indépendance bien particulière. Par ailleurs, la Guinée Bissau, l’un des pays les plus pauvres au monde selon l’Indice de développement humain (PNUD) et des plus assistés, est un Etat classé de narco trafiquant. Ainsi, depuis plus d’une décennie aussi bien l’Etat Bissau Guinéen, les institutions qui le portent, que le projet démocratique ont été durablement et effectivement éprouvés.

L’Indice de développement humain (IDH) est une mesure sommaire du niveau moyen atteint dans des dimensions clés du développement humain : vivre une vie longue et en bonne santé, acquérir des connaissances et jouir d’un niveau de vie décent. L’IDH 2016 la classe la Guinée Bissau au rang de (178ème /187 pays.

D’un point de vue conjoncturel, il est important de noter une rupture profonde du dialogue politique née d’instabilités politiques successives et structurelles héritées des années de lutte pour l’accession à la souveraineté internationale. Enfin il est important de préciser que la situation de la porosité des frontières en Afrique notamment, dans un contexte d’intégration et de libre circulation des personnes et des biens dans l’espace CEDEAO, sont des facteurs imposant une synergie de tous les acteurs afin de prévenir les conflits potentiels car le cas échéant, aucun pays ne sera épargné.

La situation politique en Guinée-Bissau est caractérisée par l’instabilité institutionnelle (assassinats en 2009 du Président Vieira et du chef d’Etat-major des armées, coup militaire du 1er avril 2010, coup d’Etat du 12 avril 2012), l’impunité (les enquêtes sur les assassinats de 2009 progressent très lentement) et l’importance du trafic de drogue (le pays est un important point de transit de la cocaïne sud-américaine vers l’Europe)[1].

L’Institut Gorée a une longue expérience de travail en Guinée Bissau. En 2006, à travers le concept de «  Ndaje » (Forum en wolof), avait initié une rencontre afin de faciliter le processus politique en Guinée Bissau.

Les principales recommandations de ce forum furent :

  • Une réforme structurelle de l’administration publique pour un meilleur service aux citoyens
  • Une bonne administration de la justice et une responsabilisation des magistrats en cas de mauvaise application de leurs pouvoirs.
  • Un renforcement des capacités et la révision du mode de nomination du Procureur Général de la République pour assurer son indépendance (par une révision constitutionnelle).
  • Une réforme et modernisation de l’Administration Publique et compléter le processus de décentralisation.
  • Un renforcement des capacités de l’institution parlementaire
  • Il faut réviser la constitution de la république et amorcer une discussion sur les systèmes politiques et électoraux.  
  • L’amorce d’une Réforme du secteur de la sécurité

Par ailleurs, dans le cadre de son Unité d’assistance électorale, l’Institut Gorée, en partenariat avec le Système des Nations Unies en Guinée Bissau a mis en œuvre un Programme d’assistance électorale à l’intention du Réseau Paix et Sécurité des femmes de la CEDEAO (Section Guinée Bissau) et la Plateforme politique des femmes de Guinée Bissau pour un monitoring des élections et l’animation d’une Structure de veille électorale lors des élections présidentielle et législatives en 2014. A l’issue de l’accompagnement, les recommandations ci-dessous furent formulées :

  • D’amorcer un dialogue politique pour une stabilité des institutions dans la perspective post-électorale
  • Impliquer davantage les femmes dans toutes les initiatives de renforcement et d’approfondissement du processus politique

Dans le cadre de son Programme Femme, Paix et Sécurité, un monitoring de la Stabilité institutionnelle et de la Sécurité humaine en Afrique de l’Ouest est effectué par l’Institut Gorée dans les 09 pays francophones de l’Afrique de l’Ouest. Le rapport produit en 2016 renseigne sur une situation de la Guinée Bissau méritant une intervention afin de contribuer à une relance du dialogue politique dans une perspective de stabilité, préalable au développement.

Depuis 2015, malgré un processus électoral jugé transparent ayant pu conférer une légitimité large aux élus (exécutif et législatif), un blocage politique durable et structurel de l’institution parlementaire a mobilisé la communauté internationale mais également les institutions communautaires afin de faciliter le dialogue politique. Plusieurs accords ont été signés et des missions de facilitations menées, toutefois, le blocage demeure. Dans ce contexte de facilitation du dialogue politique, il est à noter une division et une réelle faiblesse de la société civile Bissau guinéenne, hypothéquant leur implication qualitative dans les processus de sortie de crise.

L’Institut Gorée, en partenariat avec l’ambassade du Canada compte mettre en œuvre un Programme de relance et d’accompagnement du dialogue politique en Guinée Bissau dont l’objectif principal est de contribuer à une stabilisation des institutions politiques, à la paix, à la sécurité et à la poursuite des dynamiques de facilitation du dialogue politique à travers une approche multi acteurs (Groupe de contact, autorités, acteurs politique, femmes et jeunes).

Objectif global

Impulser une dynamique unitaire de la société civile Bissau guinéenne pour une meilleure implication dans le processus politique en cours en Guinée Bissau.

Objectifs spécifiques

  • Renforcer les capacités des organisations de la société civile Bissau guinéenne les plus significative dans les domaines de la gouvernance, de la paix et de la sécurité
  • Contribuer à une meilleure synergie de la société civile Bissau guinéenne pour leur contribution qualitative aux processus en cours en Guinée Bissau
  • Outils les femmes et les jeunes acteurs de la société civile de Guinée Bissau dans une perspective de relance et d’approfondissement du dialogue politique
  • Faciliter l’érection de la large plateforme de la société civile Bissau guinéenne pour une contribution effective dans la mise en œuvre des politiques publiques.

Résultats attendus

  • Le Programme de relance et d’accompagnement du dialogue politique en Guinée Bissau est vulgarisé et partagé avec les parties prenantes au processus politique en Guinée Bissau
  • Une large adhésion de tous les acteurs impliqués dans le processus politique en Guinée Bissau est obtenue
  • Les acteurs les plus pertinents à impliquer dans le cadre des activités de renforcement de capacités et du Forum Bissau guinéen sont identifiés
  • Une dynamique unitaire de la société civile Bissau guinéenne est impulsée
  • Les capacités de 30 femmes et jeunes d’organisations de la société civile Bissau guinéenne sont renforcées dans diverses thématiques relatives à la démocratie, la gouvernance, le renforcement de la paix
  • Une large frange de la société civile Bissau guinéenne est renforcée en vue de la contribution qualitative à l’édification de la paix et de la stabilité institutionnelle en Guinée Bissau
  • Les jalons d’une collaboration durable et structurée de la société civile bissau guinéenne sont posées.

Bénéficiaires

  • Organisations de la société civile
  • Organisations de femmes
  • Organisations de jeunes

Esquisse des thématiques de la formation:

  • Introduction au concept de Société civile
  • Introduction au concept de Gouvernance
  • Présentation des résultats du Programme CPCC Guinée Bissau
  • Prévention et résolution de conflits
  • Compréhension du conflit
  • Techniques de facilitation, médiation, diplomatie préventive, etc.
  • Femmes et jeunes dans les processus politiques : expérience de la Guinée Bissau
  • Plaidoyer
  • Gouvernance

Durée : du 1er au 02 février 2018

35 participants

Lieu: IBAP


[1] http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/guinee-bissao/presentation-de-la-guinee-bissao/

Read more...